Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Conseiller municipal à ANNECY et communautaire au GRAND ANNECY (Commune déléguée d'Annecy-le-Vieux)

Blog de Jean-Jacques PASQUIER

Conseiller municipal à ANNECY et communautaire au GRAND ANNECY (Commune déléguée d'Annecy-le-Vieux)

Annecy en lutte contre le COVID19

com

Le Maire d'Annecy, Jean-Luc RIGAUT, pleinement impliqué dans cette lutte contre le COVID19, évoque plusieurs axes qu'il a souhaité développer sur notre ville:

- le maintien de marchés de producteurs locaux, pour une logique d'autonomie alimentaire de notre territoire

- la fourniture de 200 ordinateurs à des enfants qui sont frappés de plein fouet par la fracture numérique en ce moment, par manque de moyens

- aider chacun à fournir ou disposer de masques pour se protéger

Un point vidéo régulier, pour que tous nos concitoyens puissent bénéficier du soutien de la commune.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

6667inefficacité 15/04/2020 03:06

Après l’inénarrable sketch du manager arrogant et creux de la start-up nation M.le Président nous a gratifiés d’une prestation préoccupante voire inquiétante : le sketch du Père la Défaite.Le moment,très attendu,fut navrant,pathétique,pitoyable.L’issue de ce que nous devons considérer comme une catastrophe sanitaire résiderait dans une sorte de panacée universelle :l’incertain vaccin d’ici…2 ans !Ce serait grotesque si ce n’était tragique.Que de chemin parcouru en 20 ans :le système hospitalier français,considéré alors comme le meilleur du monde affiche aujourd’hui,dans la lutte contre le covid19,un des taux de mortalité les plus élevés de la planète.En France,à l’évidence,les autorités sanitaires sont très satisfaites.Nous,les familles endeuillées,le sommes moins.

Jean-Jacques Pasquier 15/04/2020 14:38

J'entends la colère, que je peux comprendre. Cette période de confinement s'avère en effet épouvantablement longue pour chacun. De plus, tout gouvernement en place sert, depuis que je m'intéresse à la politique, d'exutoire pour un nombre important de concitoyens. Pour ne citer que les Présidents de la République, Giscard d'Estaing, Mitterand, Chirac, Sarkozy, Hollande et désormais Macron en font les frais. Trouver un exutoire améliore-t-il la situation? Non. Pas plus aujourd'hui qu'hier, même si moi aussi j'ai pu donner de la voix, parfois, à l'endroit de certains.
Cette situation est inédite et compliquée et son bilan est dramatique. Nous faisons face cependant: avec nos moyens, nos contraintes; parfois mieux, parfois moins bien que d'autres pays, j'en conviens. Oui, notre système hospitalier était au bord de la rupture, tous les soignants l'ont dit: ce n'est pas acceptable ou nous ne l'accepterons plus. Dans la crise, il tient. Les mesures palliatives l'aident à supporter la vague et le personnel est exemplaire: chacun le salut, tous les soirs à 20H00.
Il n'y a pas, il n'y aura pas de solution miracle. Il va falloir repartir et accepter, tous, que nous n'avons pas la maîtrise de cette situation. Ce gouvernement a fait des choix, qui ne différent pas tant de bien d'autres pays, puisque la moitié de la population mondiale est confinée. Nous avons dépassé un bilan de 15000 décès et ceci nous rappelle sans doute à tous notre déni d'évidence : malgré les progrès incessants, nous sommes toujours mortels. Certains plus encore que d'autres, car nous ne sommes pas égaux. Reprenons donc le triptyque de notre République, et chacun, à notre niveau, donnons-lui vie. Cette liberté, qui nous fait défaut, mais n'est pas si muselée que cela; cette égalité comme un objectif vers lequel nous voulons passionnément tendre, nous Français, sachant combien c'est illusoire; enfin notre fraternité qui renait et retrouve aux yeux de tous un sens.
Des principes et non des actes, oui. Ces actes à chacun de les mettre en oeuvre en harmonie avec l'instant présent et ceux de nos concitoyens. Je pense, pour ma part, que des temps nouveaux s'annoncent et que notre humanité, notre Europe, notre France et ici notre ville en sortiront grandies. Je vous invite à prendre date et nous ne reparlerons.